Actualité publiée sur le site
Mai 2017

Assurance maladie : toujours plus de malades chroniques

La cartographie médicalisée des dépenses de santé, établie par l'assurance maladie, confirme le poids croissant des maladies chroniques et des hospitalisations ponctuelles. Une évolution démographique moins dynamique pourrait toutefois alléger les tensions sur le système dans les prochaines années.

En amont de la remise, attendue début juillet, de son rapport annuel charges et produits, l'assurance maladie a présenté à la presse le 31 mai sa cartographie médicalisée des dépenses de santé. Créé en 2013, cet outil a pour double objectif d'évaluer les dépenses effectives mobilisées pour les assurés affiliés au régime général, et d'identifier des leviers de maîtrise de ces dépenses. Selon Christelle Gastaldi-Ménager, directrice adjointe du département "études sur les pathologies et les patients", la cartographie 2015 ne recèle « pas vraiment de surprises » par rapport à l'année précédente : « nous sommes sur les mêmes tendances et les mêmes évolutions ».
Parmi les 57,1 millions de bénéficiaires du régime général, plus du tiers étaient concernés par une pathologie ou un traitement de long cours. Les dépenses totales ont atteint 133,6 Mds€ (extrapolées à 158,4 Mds€ sur l'ensemble des régimes), dont 80,2 Mds$ pour l'ensemble des affections chroniques. Ce sont toutefois les hospitalisations ponctuelles, sans lien avec une pathologie spécifique, qui représentent le premier poste de dépenses (30,7 Mds€), suivies par les maladies psychiatriques et la consommation de psychotropes (19,3 Mds€), les cancers (14,1 Mds€) et les maladies cardioneurovasculaires (13,2 Mds€).

Hausse des hospitalisations ponctuelles

Nouveauté cette année, la cartographie inclut une analyse rétrospective sur la période 2012-2015, durant laquelle les dépenses prises en charge par le régime général ont augmenté de 10,2 Mds€. Les postes les plus "dépensiers" en 2015 sont également ceux qui ont le plus augmenté en quatre ans (+6,2 Mds€). « Les hospitalisations ponctuelles (+2,1 Mds€) sont un poste très composite », note le Dr Ayden Tajahmady, directeur adjoint de la direction de la stratégie et des études statistiques. Selon lui, le vieillissement de la population est le principal facteur en cause dans cette augmentation, qui devrait faire l'objet d'une analyse plus fine des différents postes dans le rapport charges et produits.
Un focus sur les maladies cardioneurovasculaires chroniques (+1,2 Mds) permet en revanche de constater qu'une pathologie, la maladie coronaire chronique (angine de poitrine) échappe à la hausse générale des dépenses. Une baisse de la dépense remboursée par an et par patient en séjours MCO et en médicaments, associée à une hausse des dépenses de soins infirmiers, permettent d'envisager un impact positif, en termes financiers, du « virage ambulatoire » : une hypothèse qui devra toutefois être confirmée par une étude plus détaillée. Les auteurs de la cartographie se sont également penchés sur la hausse de près de 7 % de la dépense moyenne par an et par patient dans le cancer du sein entre 2012 et 2015. Une hausse qu'ils attribuent notamment aux dépenses de médicaments sur la liste en sus (+ 26 %).

Un ralentissement attendu

Pour la première fois, l'assurance maladie a également présenté des projections pour la période 2016-2020. « Ces projections sont des tendances, reposant sur des hypothèses, mais elles peuvent être utiles au pilotage du système de soins français », estime le Pr Luc Barret, médecin conseil national de l'assurance maladie. Et « bonne nouvelle », la croissance du nombre de patients souffrant d'une pathologie chronique devrait ralentir par rapport à la période passée, du fait d'une pression démographique moindre, selon les perspectives de l'Insee. « La tension sur le système de santé va persister : nous ne sommes pas au bout de nos efforts », prévient-il toutefois. L'assurance maladie se refuse d'ailleurs à réaliser des projections en termes de dépenses : « Nous manquons de données pour évaluer le coût futur des innovations », indique Ayden Tajahmady.

Julie Wierzbicki

 

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site